Telenet.be

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 

Valerie Cockhuyt donne une seconde vie à d’anciens meubles

« Les réseaux sociaux ont donné un coup de fouet à mon entreprise »

Après une longue hésitation, Valerie Cockhuyt a enfin décidé de tirer avantage de Facebook pour promouvoir sa nouvelle entreprise individuelle. Une décision qui a fait beaucoup rire son cercle d’amis. « Je n’avais même pas de compte Facebook personnel à l’époque, mais je ne pourrais plus m’en passer aujourd’hui. Les réseaux sociaux ont donné un réel coup de fouet à mon entreprise. » Pour surfer sur la vague de l’entrepreneuriat digital, Valerie a fait appel à l’Accélération digitale.

 
 

Il y a deux ans, Valerie a quitté son emploi de pédopsychiatre pour vivre de sa passion. « Les meubles, les objets d’intérieur et les textiles m’ont toujours fascinée », affirme-t-elle. « Dans un premier temps, j’ai suivi une formation de garnissage de meubles par simple curiosité. J’en ai fait mon passe-temps. J’ai toujours été choquée de voir tant de si beaux meubles finir au parc à conteneurs. Pourquoi ne pas leur offrir une nouvelle vie en les regarnissant ? Un meuble donne progressivement naissance à un autre. J’ai d’abord pu compter sur l’appui et le soutien du Starterslabo. J’ai également beaucoup appris par moi-même avant de finalement faire le pas et fonder ma propre entreprise. Et je dois dire que je n’ai jamais regretté cette décision une seule seconde. »

«Je constate que lorsque je publie sur Facebook ou Instagram, je reçois ensuite très régulièrement des demandes de restauration de meubles similaires.»

 
 

À l’heure actuelle, Studio K.U.I.T (Kreatieve Uitspattingen In Textiel) ne se contente pas de restaurer des fauteuils et des chaises, Valerie confectionne également des coussins sur mesure avec toutes sortes de tissus d’ameublement. Un choix qui n’est pas évident à une ère où la plupart des objets ont une durée de vie de plus en plus courte. Mais Valerie y voit aussi une tendance inverse. « De plus en plus de personnes s’opposent à cette culture du jetable. Mon portefeuille de clients compte des particuliers, mais aussi des architectes d’intérieur, des entreprises et des établissements horeca. »

Coach

Lorsque Valerie a créé son entreprise, elle ne connaissait absolument rien aux réseaux sociaux. « Je n’avais pas de compte Facebook personnel et je savais à peine ce qu’était Instagram, mais les réseaux sociaux n’ont jamais manqué à ma vie privée. Quand j’ai décidé de me lancer, après avoir longuement hésité, c’était avant tout parce que je voulais faire connaître mes activités à un public plus large et lui montrer le potentiel des meubles dont les gens se débarrassent. » Valerie a alors assouvi sa curiosité des réseaux sociaux, mais elle a fait appel à un expert de l’Accélération Digitale afin de les exploiter comme il se doit.
Elle a, depuis, parfaitement pris conscience de la plus-value des réseaux. Ses comptes Facebook et Instagram comptent aujourd’hui environ 500 abonnés.
« Les réseaux sociaux ont donné un réel coup de fouet à mon entreprise. Je constate que lorsque je publie sur Facebook ou Instagram, je reçois ensuite très régulièrement des demandes de restauration de meubles similaires », admet Valerie.

Les vidéos plus efficaces que les photos

« Je m’interroge parfois encore sur le canal le plus approprié pour ce que je veux faire. Ce coach m’a également appris à tenir compte des analyses Facebook et à planifier et à partager mes publications en conséquence. Pour moi, le meilleur moment de publication est le jeudi soir vers 19 h, de même que le dimanche. Les vidéos se révèlent, de surcroît, bien plus efficaces que les photos, a fortiori si je les personnalise. Diriger ce type d’entreprise est parfois assez intense, mais j’y prends un réel plaisir. »

« Je n’ai jamais regretté une seule seconde d’avoir choisi l’Accélération Digitale »

 « J’ai d’abord créé une page Facebook personnelle et professionnelle. Une véritable corvée au début, surtout parce que les réseaux sociaux ne m’intéressaient pas, mais j’ai rapidement pris conscience des possibilités de l’outil. J’ai commencé à recevoir des commentaires sous mes publications. Mes posts suscitaient même des réactions d’internautes que je ne connaissais pas personnellement », ajoute Valerie. « C’est alors que j’ai décidé de faire appel à l’Accélération Digitale : je voulais aussi créer mon propre site web et je savais que je devais surtout apprendre à tirer profit de ces réseaux sociaux. Je n’ai jamais regretté ce choix une seule seconde : j’ai bénéficié de l’aide d’un coach qui a pris le temps d’écouter mon histoire et qui m’a ensuite donné une foule de petites astuces très utiles. La ligne de conduite ? Toujours publier en se glissant dans la peau du client idéal. Coïncidence : je venais tout juste de rencontrer cet idéal (rires). Une femme proche de la quarantaine, au sens aiguisé de la décoration intérieure. Le contact avec elle est très bien passé dès le début et j’essaie aujourd’hui de toujours penser à elle et à son mode de vie lorsque je publie sur les réseaux sociaux. »

l’Accélération Digitale
 
 

Vous cherchez une aide digitale ? Surfez vite sur accelerationdigitale.be.

 
 

Inspiration