Telenet.be

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 

Les bureaux deviennent des lieux de rencontres sociales pour les télétravailleurs

Facilicom et la « nouvelle collaboration »

Les entreprises rouvrent leurs portes, mais rien ne sera jamais plus comme avant. « Le télétravail reste bien souvent la norme. Les entreprises veulent donc aménager leurs bureaux autrement, elles veulent plutôt en faire des lieux de rencontre. » En d’autres termes, les facility managers se préparent à la « nouvelle collaboration ».

La pandémie a obligé les organisations à accélérer le passage à la collaboration digitale. Mais maintenant que tout le monde retourne travailler sur place, il est clair que l’équilibre entre travail au bureau et travail à domicile a changé.

De bureaux à des lieux de rencontre

Le télétravail se généralise chez les fonctionnaires flamands, et d’autres organisations évoluent en ce sens. « Les entreprises remettent donc leurs immeubles en question », explique Guy Claes, marketing director chez Facilicom. « Elles comprennent qu’elles vont devoir utiliser leurs bureaux autrement, puisqu’ils sont vides. Elles veulent créer des lieux propices aux rencontres sociales pour les collaborateurs qui télétravaillent plus qu’avant et qui se réunissent régulièrement. »

 

« Par rapport à la période précoronavirus, les bureaux rassembleront les gens différemment. La restauration jouera un rôle clé dans ce cadre : les heures d’ouverture du restaurant d’entreprise seront étendues et l’offre évoluera au fil de la journée. Le tout dans un cadre agréable. »

Les entreprises veulent offrir aux télétravailleurs des lieux propices aux rencontres sociales.

Guy Claes, marketing director chez Facilicom

 
 

Partenaire du réaménagement

Les facility managers sont aux commandes de cette évolution. « Avant, on ne leur parlait que de l’entretien des bâtiments, de l’aménagement, de l’informatique et des autres services opérationnels », souligne Guy Claes, fournisseur de services facilitaires. « Aujourd’hui, nous sommes un vrai partenaire dans le cadre du réaménagement des organisations. »

 

Les clients demandent désormais à Facilicom : « Que pouvez-vous faire pour nous aider à attirer et à retenir les talents ? » Cette préoccupation reflète la tendance internationale. « Aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, on invite le service RH à la table des discussions, le CEO et le CFO participent aux décisions relatives aux aspects de la gestion facilitaire qui ont un impact sur l’entreprise. Pourquoi ? Notamment parce que le bâtiment, les services et les ressources dont disposent les collaborateurs jouent un rôle déterminant dans leur satisfaction au travail, leur rendement et leur loyauté. »

La nouvelle collaboration au sein des entreprises

Dans cette recherche de solutions sur mesure, Guy Claes est convaincu de l’importance de l’expertise, mais pas uniquement… « La transparence est essentielle dans le cadre de toute collaboration. Nous posons donc toutes les questions nécessaires pour savoir ce que veut réellement le client. Ce n’est bien souvent pas ce qui figure dans le cahier des charges. Le dialogue permet d’optimiser la collaboration et la solution. Nous ne parlons plus uniquement du prix de la maintenance d’un bâtiment, comme c’était le cas avant. »

La transparence est essentielle dans le cadre de toute collaboration. Je constate qu’un dialogue franc optimise la collaboration et la solution.

Guy Claes, marketing director chez Facilicom

 
 

Facilicom soutient pleinement le facility manager dans ce nouveau contexte de collaboration. « La gestion facilitaire était autrefois un mal nécessaire », explique Guy Claes. « Un bâtiment nécessite d’être entretenu, quoi qu’il arrive. La donne a changé compte tenu des défis auxquels les organisations font face, à savoir la guerre des talents et le coronavirus. »

Des solutions flexibles

Le mode de collaboration entre Facilicom et ses clients a lui aussi changé. « Nous nous posons en conseillers pour identifier les besoins, par exemple en matière d’activity based working, de travail basé sur les activités. Comment souhaite travailler l’organisation ? Plutôt en télétravail ou via des bureaux satellites ? Veut-elle changer d’horaires ? Organiser davantage de brainstormings et de réunions ouvertes à tous ? Nous imaginons ensuite des solutions et nous facilitons le réaménagement et la gestion du changement qui va avec.

 

Les possibilités sont légion. Il faut, par exemple, numériser le bureau pour pouvoir réduire le nombre de postes de travail. Un collaborateur pourra ainsi réserver un poste, un lunch ou une place de parking via son smartphone… »

 

L’évolutivité est essentielle dans ce cadre. Plus les organisations se montreront flexibles, plus les solutions et les partenaires devront être flexibles. « Chaque entreprise doit pouvoir chercher à tout moment le mix qui lui convient à elle, mais aussi à ses collaborateurs, à ses activités et à sa taille », insiste Guy Claes. « Quand une entreprise se développe, change ou restreint son envergure, nous examinons les solutions qui s’offrent à elle. Nous évoluons avec elle ; c’est le rôle d’un bon partenaire. »

 
 

logo comgate 

À propos de Facilicom

Facilicom est un grand fournisseur de services facilitaires. Catering, accueil, sécurité, aménagement, distribution du courrier, entretien, informatique : autant de services que Facilicom propose aux entreprises. Cette entreprise familiale d’origine néerlandaise emploie 32.000 collaborateurs, dont 5.000 en Belgique. Selon les besoins du client, elle associe des services de tiers à la gestion facilitaire assurée par ses départements internes. Sa clientèle compte notamment Telenet, Antwerpse scholengroep, le port d’Anvers, Siemens, des banques et des assureurs. L’entreprise vise le top 3 dans toutes ses activités d’ici cinq ans et compte doubler son chiffre d’affaires belge actuel de 220 millions d’euros. L’ensemble du groupe génère 1,3 milliard d’euros.

www.facilicom.be

comgate