Telenet.be

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 
 
 

POURQUOI NOUS INTÉRESSONS-NOUS PLUS À NOTRE TÉLÉPHONE QU’À NOTRE INTERLOCUTEUR ?

Grâce à notre smartphone, nous restons joignables à tout moment, en tout lieu. Mais cette machine demande également une constante attention, même lors les conversations dans la « vraie vie ». C'est ce qu'on appelle le « phubbing » : le fait d’ignorer votre interlocuteur en donnant la priorité à votre téléphone. La professeure Mariek Vanden Abeele a mené l’enquête sur ce phénomène. Elle nous explique pourquoi nous pratiquons le phubbing et quelles en sont les conséquences.

Qu’est-ce que le phubbing ?

Le phubbing est la contraction des mots phone et snubbing (« snober » en anglais). C’est l’action d’utiliser son téléphone en parlant à quelqu'un. Lire un e-mail professionnel en diagonale lorsque vous êtes attablé avec votre famille, répondre à un SMS lors d'une réunion, scroller sur Instagram en plein conversation avec un(e) ami(e)… Oui, cela nous est arrivé à tous. Pendant ce temps, notre interlocuteur est mis de côté. 

84 % des gens trouvent cela gênant lorsqu'un ami utilise sur son smartphone lors d’une conversation.

Bron: digimeter

Pourquoi faisons-nous du phubbing ?

Mariek Vanden Abeele: "Notre smartphone est un outil pratique que nous utilisons constamment, souvent par habitude, que ce soit pour favoriser les relations sociales, organiser notre quotidien, consulter toutes sortes de services... Nous l'utilisons en permanence, donc parfois lors d'interactions sociales.

 

Premièrement, nous recourons au phubbing parce que nous répondons à notre téléphone : nous venons de recevoir une notification ou un message. Nous avons l'habitude de réagir rapidement et nous ne voulons rien manquer : nous saisissons donc instantanément notre appareil. Deuxièmement, nous manipulons souvent notre téléphone sans même y penser, pour vérifier quelque chose. C'est automatique, nous ne faisons pas cela pour blesser ou offenser notre interlocuteur.”

Votre interlocuteur considère que votre relation est de moindre qualité.

Quelles sont les conséquences du phubbing ?

Mariek Vanden Abeele: “Les effets sur la formation d’impressions sont clairs. Si vous utilisez votre téléphone lors d’une conversation, votre interlocuteur se sentira rejeté et vous trouvera de fait moins poli et prévenant. La qualité de la conversation est non seulement perçue comme moins bonne, mais la relation est également considérée comme étant de moindre qualité.

 

Il y a plusieurs explications à ce phénomène. Premièrement, les attentes que nous avons vis-à-vis d'un interlocuteur sont enfreintes. Après tout, nous nous attendons à ce que notre interlocuteur soit attentif et établisse un contact visuel avec nous, sans être occupé à faire autre chose. Deuxièmement, nous utilisons souvent notre téléphone à des fins sociales, telles que les réseaux sociaux, WhatsApp ou Facebook Messenger. Vous discutez alors avec quelqu'un d'autre sans que votre interlocuteur ne fasse partie de la conversation. Votre interlocuteur se sent donc exclu. Et la troisième explication, c’est la conversation elle-même. Parce que votre téléphone absorbe votre attention, vous n'écoutez pas attentivement, ce qui n’est en général pas apprécié, particulièrement lors d’une conversation intime."

Répondre à un signal de votre téléphone est moins dérangeant que de l’utiliser de manière proactive.

Tout le monde est-il dérangé par le phubbing ?

Mariek Vanden Abeele: “La façon dont le phubbing est perçu dépend de la situation. Plus la conversation est formelle, plus le phubbing est dérangeant. Vous dînez avec votre partenaire dans un restaurant chic ? Le phubbing n'est bien sûr pas apprécié. Vous parlez à un(e) ami(e) d'un sujet sensible ? Le phubbing n'est nettement pas une chose à faire. En face de votre patron, ce n'est pas non plus une bonne idée. Mais si vous êtes assis dans le canapé avec votre partenaire ou un(e) ami(e), le phubbing pourra être autorisé. Il s’agit donc surtout d’une question de contexte et de relation.

 

Répondre à votre téléphone, par exemple lorsqu'il sonne ou émet un signal lumineux, s'avère moins dérangeant que la saisie proactive de votre smartphone. En d'autres termes : le phubbing réactif est perçu comme moins grave que le phubbing proactif.

 

Les jeunes sont plus tolérants que les plus anciennes générations. Lesdits jeunes, aussi nommés digital natives, qui ont grandi avec les GSM, attendent moins de leur interlocuteur qu’il soit à 100 % attentif. Ils jugent qu'il est plus « normal » que vous vous éloigniez de votre téléphone lors d'une conversation. Mais si vous leur posez des questions à ce sujet, ils trouveront toutefois le phubbing dérangeant.”

Comment éviter le phubbing ?

Mariek Vanden Abeele: “Il existe différentes manières de limiter vos comportements de « phubber ». Désactivez les notifications de vos applications et mettez votre téléphone en mode silencieux. De cette façon, votre conversation ne sera pas interrompue. Lorsque vous voulez éviter d’avance tout phubbing, il est même préférable d'éteindre votre téléphone portable ou de le placer dans un endroit difficile d'accès afin d'éviter de le prendre inconsciemment.

 

Exprimez aussi vos attentes. Par exemple, lorsque vous vous rendez au restaurant avec votre partenaire. Suggérez-lui de ne pas utiliser vos téléphones respectifs à table, vous éviterez ainsi de craquer. En résumé : faites appel à votre bon sens."

 

Besoin d’un coup de pouce pour éviter de scroller lors d’une conversation ? Découvrez l’application Phub'D! Vous êtes ainsi certain(e) de passer un super moment entre amis ou en famille… et sans smartphone. Téléchargez l’appli Phub’D!