Telenet.be

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 
 
 

« HÉ TOI, LE ZOMBIE SUR SON SMARTPHONE, TU M’ENTENDS ? »

Test : faites-vous du phubbing ?

Vérifions cela tout de suite ! 

 

  • Déposez-vous votre gsm sur la table au restaurant ?
  • Répondez-vous à vos coups de fil lorsque vous parlez avec un(e) amie(e) ?
  • Vous arrive-t-il de ne pas entendre les questions de vos enfants quand vous êtes sur votre gsm ?
  • Réagissez-vous aux notifications de votre smartphone quand vous êtes attablés en famille ?
  • Consultez-vous parfois Facebook ou Instagram pendant une conversation ?

7 Belges sur 10 trouvent dérangeant de voir leur interlocuteur distrait par son gsm.
source: enquête NN 2018

Si vous avez répondu « oui » à au moins une de ces questions, vous faites du phubbing. Cela signifie que vous ignorez l’interlocuteur en face de vous en utilisant votre téléphone. Rien de très surprenant : cela nous est arrivé à tous. La bonne nouvelle, c’est que nous ne le faisons pas exprès. « Nous prenons simplement notre téléphone sans y penser », explique la professeure Mariek Vanden Abeele, qui a fait des recherches sur ce phénomène. Et pourtant, 7 Belges sur 10 trouvent cela dérangeant de voir leur interlocuteur distrait par son téléphone portable.

Frustration à propos de phubbing

Soudain, votre interlocuteur plonge sans aucune honte dans sa vie numérique alors que vous lui parlez en face à face. Cela vous donne l'impression d’être mis en pause, pendant que la personne en face consulte ses e-mails, qu’il like des photos sur Instagram ou répond à un message WhatsApp.

 

En Flandre, un fait divers a défrayé la chronique en 2018 lorsque le musicien et journaliste Stijn Meuris a jeté l’iPhone d’un adolescent à l’autre bout de la salle parce que ce dernier refusait d’arrêter d’y chipoter. L’incident a eu un certain impact médiatique en Flandre, prouvant que le sujet touchait une corde sensible.

 

« Toute personne qui utilise son téléphone lors d’une conversation est perçue comme moins polie pour son interlocuteur », explique la professeure Vanden Abeele. « En soi, nous nous attendons à ce que notre interlocuteur soit attentif et établisse un contact visuel avec nous. Avec le phubbing, cette attente est bafouée car notre interlocuteur se concentre sur son téléphone portable plutôt que sur nous-même. »

Qu'en est-il des autres distractions lors d'une conversation ? 

Bien entendu, être distrait durant une conversation ne date pas d’hier. Mariek Vanden Abeele déclare à ce sujet : « Si deux personnes discutent et que l’une des deux feuillette un journal, son interlocuteur risque de ne pas apprécier. Parce que cette personne divise son attention pendant la conversation. Mais l'utilisation du téléphone est encore moins appréciée, parce que celui-ci est interactif. Il capte plus intensément votre attention. Alors que le journal est à sens unique, votre gsm permet un dialogue. Vous entretenez une deuxième conversation avec quelqu'un d'autre sans que votre interlocuteur en fasse partie. Il peut donc se sentir exclu, rejeté. »

Pendant que votre interlocuteur vérifie ses mails, vous êtes mis en pause.

 

Le phubbing est-il toujours impoli ?

Selon Mariek Vanden Abeele, la réaction au phubbing dépend du contexte et de la relation : 
« Lors d'une conversation intime ou dans un cadre formel, mieux vaut porter toute son attention à la conversation. Dans une situation plus informelle, le phubbing est plus toléré. » Donc, si un(e) ami(e) vous parle à cœur ouvert de ses tendances dépressives, le phubbing est évidemment à proscrire. Votre patron désire parler avec vous de résultats annuels décevants ? Gardez bien votre téléphone en poche. Mais lors de bavardages entre amis, vous pourrez plus aisément sortir votre téléphone.

Lors d'un bavardage entre amis, le phubbing est accepté.

 

Phubbez plutôt vos amis que votre mamy

À la question « Qui trouve le phubbing vraiment agaçant ? », Mariek Vanden Abeele répond : 
« Les personnes âgées ont une attitude plus réticente à l'égard du smartphone. De fait, son utilisation lors d'une conversation est plus délicate. Les personnes âgées veulent aussi avoir l’impression qu’elles comptent. Si leur interlocuteur utilise son smartphone pendant une discussion, elles se sentiront plus vite offensées. À cet égard, les jeunes sont plus tolérants que les plus anciennes générations. Ils s’attendent moins à ce que leur interlocuteur soit à 100 % attentif. Mais si vous leur demandez, ils trouveront également le phubbing dérangeant. »

Les jeunes trouvent également le phubbing dérangeant.

 

5 conseils pour éviter le phubbing

Conseil 1 – Pas de gsm sur la table de nuit
Vous éviterez ainsi de vous phubber l’un et l’autre au lit. Offrez-vous un réveil et mettez vos téléphones dans une autre pièce pendant la nuit.

 

Conseil 2 – Désactivez les notifications de vos applications
Votre conversation ne sera ainsi pas interrompue sans cesse par les sonneries et signaux lumineux de votre appareil.

 

Conseil 3 – Établissez des conventions

Quelques suggestions : pas de téléphone à la table, aucun e-mail professionnel après les heures de boulot, pas d'écrans après 20h, etc.

 

Conseil 4 – Conservez votre gsm hors de portée 
Vous éviterez ainsi de le saisir inconsciemment.

 

Conseil 5 – Faites-en un jeu
Planifier des moments sans écrans, c’est encore possible ! Téléchargez l’appli Phub’d! afin de passer de super moments entre amis ou en famille… sans toucher à vos smartphones !