Telenet.be

Webmail

Contact

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 

Travailler autrement chez Telenet, à domicile et au bureau

« Il est important de venir au bureau… même si la collaboration digitale se passe bien »

Telenet a résolument choisi de travailler autrement, en mode hybride. « Le télétravail se prête aux tâches qui requièrent du calme et de la concentration. Le bureau est davantage adapté aux réunions et au travail créatif », explique Ann Caluwaerts, Executive Vice President de Telenet.

Le télétravail présente indéniablement des avantages. Telenet et ses 3 400 collaborateurs s’en rendent compte. Les trajets moins nombreux et les réunions plus efficaces favorisent la sérénité. L’absentéisme est également en baisse. Le groupe télécom a donc toutes les raisons de permettre à chacun de télétravailler, jusqu’à la fin de l’année.

 

Telenet n’en fait pas pour autant une croix sur le travail au bureau. Au contraire ! Le coronavirus a été le déclencheur qui a poussé l’entreprise à repenser l’organisation de ses bureaux dans l’optique d’une nouvelle forme de travail, hybride.

Les brainstormings : de préférence au bureau

« Les équipes passent au moins 40 % du trimestre au bureau », explique Ann. « Elles choisissent quand elles viennent. Elles organisent leur temps comme elles le souhaitent, en fonction des tâches qui nécessitent une présence au bureau et des réunions qu’elles souhaitent planifier avec les autres équipes. »

 

« Rien n’empêche la collaboration virtuelle, mais un brainstorming avec un tableau blanc où montrer des choses a toujours du bon. Nous préférons également présenter et former les nouveaux collaborateurs au bureau. C’est difficile de s’intégrer à distance dans une entreprise qu’on ne connaît pas encore. »

 

« Nous aimons aussi voir les collaborateurs en vrai de temps en temps pour prendre de leurs nouvelles, boire un café. C’est humain et important pour la cohésion sociale. »

Travailler autrement… et à l’extérieur

Pour faciliter ce travail, le bureau a été réaménagé en très peu de temps. L’agencement est différent d’avant la pandémie de coronavirus. « Il y a plus de grands espaces pour organiser des ateliers ou des brainstormings dans le respect des règles sanitaires », explique Ann. « Il faut réserver sa place via l’app. »

 

Mais le travail au bureau ne se limite pas aux quatre murs de l’immeuble. « En été, davantage de réunions se sont tenues à l’extérieur. Une pratique que nous réinstaurerons quand la météo sera plus favorable. »

«Cette forme de travail hybride est en phase expérimentale. Nous rectifions le tir si une approche différente s’impose.

Ann Caluwaerts, Executive Vice President de Telenet

 
 

La forme que doit prendre cette nouvelle manière de travailler n’est pas encore gravée dans le marbre. Loin de là ! « Nous sommes en phase expérimentale », précise Ann. « Nous avons établi un cadre. Mais nous rectifions le tir si une approche différente s’impose. »

Se faire confiance

À noter que les collaborateurs ne doivent pas forcément être chez eux pour télétravailler. « Ils peuvent travailler de partout, tant qu’ils ont une bonne connexion internet », ajoute Ann. « Nous ne contrôlons pas leur emploi du temps. Notre organisation repose sur la confiance. Ça fonctionne, car 98 % de nos collaborateurs travaillent dur et bien. »

 

Telenet s’est même rendu compte que ses collaborateurs travaillaient plus qu’avant. Elle doit les freiner. « Les collaborateurs travaillent effectivement très dur », constate Ann. « Ils commencent plus tôt et terminent plus tard. Il faut y être attentif. J’ai, par exemple, demandé à tous les membres de mon équipe de ne pas organiser d’entretiens entre 12 h et 13 h. Nous leur demandons d’utiliser ce temps à bon escient : pour aller manger à l’extérieur, faire autre chose. Nous offrons aussi un soutien psychologique à ceux qui souffrent de la situation. »

 

Outre sa confiance et son aide, Telenet fournit aussi les ressources matérielles adéquates.

L’erreur est permise

Si le spécialiste des télécommunications parvient aussi bien à travailler autrement, c’est grâce à sa culture typique. Les collaborateurs assumaient déjà des responsabilités bien avant le début de la pandémie de coronavirus. Le télétravail était aussi possible et les cadres jouaient essentiellement un rôle de soutien.

 

« Les équipes autogérées ne sont pas neuves chez nous », précise Ann. « Autrement dit, tant l’équipe que le manager assument des responsabilités. Et nous avions entamé le passage à un nouveau type de leadership, plus axé sur le soutien, avant le début de la crise sanitaire. Nous misons sur la sécurité psychologique. Nos cadres ont été formés pour créer un environnement qui autorise la vulnérabilité. C’est la moindre des choses de prendre des nouvelles au début d’un appel. Nous encourageons aussi les équipes à organiser ce genre de moments informels entre elles. Sans ordre du jour. Juste une demi-heure pour prendre des nouvelles les uns des autres. »

«Nous encourageons aussi les équipes à organiser ce genre de moments informels entre elles. Sans ordre du jour.

Ann Caluwaerts, Executive Vice President de Telenet

 
 

« Nous n’avons aucun problème avec les échecs. Après tout, que pourrions-nous demander de plus à nos collaborateurs que de faire de leur mieux ? Nous avons toujours cultivé cette culture d’entreprise. Elle nous est très utile en ce moment. »

Plus d’engagement que l’an dernier

Le travail hybride, la confiance et le soutien personnalisé portent leurs fruits. D’après de récentes enquêtes axées sur l’humeur, les collaborateurs sont plus engagés que l’an dernier.

 

« En cette période de crise, il est essentiel de revenir aux valeurs, à la finalité de l’entreprise, et d’expliquer pourquoi c’est judicieux et précieux », conclut Ann. « L’importance d’internet, d’un internet pour tous, ne fait aujourd’hui plus aucun doute. Les entreprises ont un rôle à jouer à cet égard. »

 
 

Inspiration