Telenet.be

Contenu de votre panier

{{monthlyTitle}}

{{oneTimeTitle}}

Terminer la commande

 
 
 
 

Bruxelles : les vêtements de Nicky Moreels et Simon Vanuytrecht font mouche

« Notre marque de mode KET.OFFICIAL a atteint son objectif annuel en seulement un mois »

« Tout va bien. » C’est le moins que l’on puisse dire. La nouvelle marque bruxelloise de prêt-à-porter KET.OFFICIAL a vendu en un mois la quantité de sweats qu’elle espérait écouler en un an. « Nos sweats résument ce que les gens trouvent important : leur identité. » Voilà comment Nicky Moreels, le fondateur, explique ce succès.

Si vous sillonnez les rues de Bruxelles, vous croiserez régulièrement des passants portant un sweat, un t-shirt ou une casquette où figure une expression typiquement bruxelloise : KET. A l’aise Ket. Allee mami. Trop Cho ket.

 

« C’est dingue », s’exclame Nicky Moreels, fondateur et gérant de KET.OFFICIAL. « Nous pensions attirer un public de niche, mais au final, tout le monde achète nos produits. Nous avons même été contactés par des célébrités. Elles ont l’habitude de porter des vêtements sponsorisés, mais chez nous, elles ont acheté des articles comme n’importe qui. »

 

La présentatrice Eva Daeleman, un rappeur bruxellois, le soulier d’Or 2015 Sven Kums et la journaliste de la VRT Danira Boukhriss ont tous donné un sérieux coup de pouce à la jeune marque de mode issue de la périphérie bruxelloise.

Répondez aux besoins du marché

« J’ai travaillé quelque temps dans une discothèque anversoise, en plus de mon métier d’enseignant pour des enfants atteints d’un handicap physique ou mental », explique Nicky. « J’y croisais souvent des gens avec des sweats et des t-shirts munis de l’inscription “Antwerp”. Sympa ! Mais pour moi qui habite en périphérie bruxelloise, pas facile de m’y identifier. »

 

Nicky a donc cherché un moyen de mettre son identité en avant. Il a imaginé une variante bruxelloise. En janvier 2016, il a créé la marque KET.OFFICIAL avec Simon Vanuytrecht, un ami. Un mois après le début des ventes, le duo avait déjà dépassé son objectif annuel.

 

« L’expression “A l’aise Ket” inscrite sur un sweat a d’emblée rencontré un immense succès. On l’utilise pratiquement tous les jours. Nous faisons partie du même public que nos clients. Nous voulons véhiculer la même identité citadine et un brin chauviniste. »

 

« Si nous vendons la mentalité bruxelloise, cette mentalité ne se cantonne pas à l’intérieur de la capitale. KET est aujourd’hui une “institution” belge à laquelle tous les Belges s’identifient, du Westhoek aux Ardennes. Nos magasins pop-up de Malines et Knokke ont aussi très bien marché. Nous avons déjà envoyé des pulls à Paris, en Australie, au Costa Rica et ailleurs. Les étrangers aiment aussi montrer leur identité. »

« Pour nous améliorer sans cesse, nous nous inspirons des gens et des entreprises qui nous entourent. »

 

- Nicky Moreels

 
 

Cherchez un entrepreneur comme partenaire

Nicky savait qu’il ne devait pas se lancer seul s’il voulait que son entreprise soit un succès. « Il est impossible de tout assumer seul. L’union fait la force. C’est la raison pour laquelle j’ai fait appel à mon ami Simon, qui avait engrangé de l’expérience en comptabilité au sein d’une multinationale. »

 

Nicky apporte son intuition et son sens commercial, Simon son talent administratif et son expérience. Les deux entrepreneurs continuent d’exercer leur métier et se consacrent plus qu’à 100 % à KET.OFFICIAL en dehors des heures de bureau et d’école. « Nous nous efforçons de trouver un bon équilibre entre notre métier, KET et notre vie privée », explique le duo. « Nous devons tout concilier, même s’il faut, pour cela, travailler 7 jours sur 7. Les lundis et les mercredis sont les plus grosses journées : nous nous occupons des mailings et des commandes. »

 

« Pour nous améliorer sans cesse, nous nous inspirons des gens et des entreprises qui nous entourent : l’imprimeur et les fournisseurs de vêtements. Nous apprenons constamment à leur contact. »

Renforcez le sentiment de fierté

Nicky et Simon ne veulent pas simplement vendre des sweats. « KET porte sur l’essence de chaque individu : son identité. Le client choisit le modèle, l’expression et les couleurs. Nous nous chargeons de l’impression et de l’envoi. Chaque pièce est artisanale et unique. Nous nous distinguons des autres marques de mode, nous ne sommes donc en concurrence avec personne. »

 

KET.OFFICIAL anticipe ce qui se passe en chaque individu afin de souligner sa personnalité. « Nos clients ne portent pas simplement un vêtement : ils l’enfilent par fierté pour leur ville et leur pays. Et ils aiment le montrer. »

Apprenez les bases de l’entrepreneuriat

Faire imprimer un sweat est une chose, fonder une entreprise en est une autre. Le duo ne s’est pas lancé sans bagage. Nicky et Simon ont découvert le fonctionnement d’une entreprise durant leur formation en vente et administration. « Nous y avons créé une mini-entreprise avec un business plan, une comptabilité et une administration. Nous avons appris à acheter et à vendre. Nous avons acquis des rudiments qui nous ont bien aidés. »

 

Les amis se concertent pour préparer les points à l’ordre du jour. « Nous avons une to-do list, nous dressons des procès-verbaux des réunions et notre comptabilité est parfaitement en règle. Quand je vois comment certains entrepreneurs négligent leur administration et s’attirent des ennuis… Non, ça ne nous arrivera pas ! »

Communiquez sur les réseaux sociaux

Nicky et Simon ne manquent pas d’idées. Ils en reçoivent des centaines via Facebook et par e-mail. « “Vous connaissez cette expression ?” “Ce mot serait cool sur un sweat, non ?” “Et pourquoi pas Gamin ou Gamine ?” Nous avons une tonne de termes et d’expressions en réserve. Plus un bon mot revient, plus il a de chances d’être retenu. »

 

Facebook et Instagram sont essentiels pour la jeune marque. Les entrepreneurs sous-estiment l’importance du moment de la publication, des phrases, des hashtags, de l’ambiance de la photo... « Tout doit être juste pour que l’impact soit maximal. Nous prenons le temps d’y réfléchir. »

 

« Et le plus important : nos clients postent souvent et nous taguent. » Danira Boukrissh l’a fait sur Instagram. Elle a publié « A l’aise Ket » depuis une piscine à Ibiza. La photo a récolté plus de 5 000 likes. Une publicité totalement gratuite ! « Il nous suffit de republier le post. Les gens n’arrêtent pas. C’est tellement bien ! »

Maintenez votre niveau de qualité

À noter que le duo ne veut pas spécialement que le succès se traduise par une forte croissance. « Nous continuons d’exercer notre métier principal. Nous ne prenons pas de gros risques financiers. Nous n’imprimerons pas un sweat en mille exemplaires pour le commercialiser à grande échelle. Nous voulons maintenir une qualité optimale et proposer du sur mesure en collaboration avec des fournisseurs locaux. »

 

Et dans cinq ans ? « Nous espérons être une valeur sûre du secteur du détail, avec notre public à nous. Nous continuerons donc d’innover et d’expérimenter. Croisons les doigts pour que notre philosophie continue de plaire et pour que nous parvenions toujours à refléter et à souligner l’identité de nos clients. Devenir une entreprise stable n’est pas chose aisée dans l’univers capricieux de la mode. »

 

Vous n’avez pas encore découvert les modèles de KET.OFFICIAL ?

 
 

3 conseils que je donnerais au starter que j’ai été

  • 1. Osez voir les choses en grand. Si votre produit se vend bien dès le premier jour, osez viser plus haut.
  • 2. Écoutez constamment le marché. Il vous dira ce que vous devez faire.
  • 3. Ne négligez pas votre administration. Rédigez des rapports et tenez une comptabilité rigoureuse.

 

Envie de découvrir la valeur ajoutée que peut apporter Telenet Business à votre entreprise à Bruxelles? Cliquez ici.

 
 

Inspiration