La création de SecuriQam

 

16 juin 2022 - 3

D’innombrables récits relatent de quelle manière de petites initiatives lancées dans un garage se sont transformées en grandes entreprises très prospères. Ils mettent en scène des entrepreneurs qui ont la bonne idée et l’ambition nécessaire pour réaliser leur rêve. À nous de vous raconter une histoire similaire : celle de SecuriQam Connect, un produit qui a vu le jour il y a moins de 10 ans dans un garage et qui est devenu depuis un produit phare de Telenet Business.

Les balbutiements

Le développement de SecuriQam a commencé il y a bientôt 10 ans sous la houlette de Raf Schrijvers qui était, à l’époque, responsable de l’innovation et de la gestion de produit chez Securipoint. Certains de nos clients (comme les villes, communes et zones de police) rencontraient un problème : le manque d’électricité et de connectivité dans beaucoup d’endroits où la vidéosurveillance était pourtant nécessaire. La demande en caméras autonomes portables augmentait et nous avons franchi un premier obstacle lorsque nous avons équipé les caméras IP d’une batterie. Une avancée réalisée dans un garage, après les heures de travail ! Les journées de l’équipe de Securipoint étaient en effet déjà bien remplies, entre tâches quotidiennes et installations chez les clients. Au cours de cette phase initiale, il n’était pas question d’investir de grosses sommes dans le produit. Raf Schrijvers et son équipe ne travaillaient qu’avec des composants disponibles et fiables afin de développer une caméra transportable.

Ce n’était que le début

L’équipe a vite manqué d’espace dans ce garage et a donc déménagé sur le site de Wemmel, pour poursuivre ses projets. Elle a rapidement eu besoin d’espace supplémentaire : ce site est donc lui-même devenu trop petit et l’équipe a déménagé dans un espace vacant, au bureau de Wommelgem.

 

Outre les batteries, d’autres composants ont rejoint le concept, notamment des routeurs pour assurer la connexion en 3G et, plus tard, en 4G. À la place d’un boîtier à l’origine rectangulaire, l’équipe a finalement opté pour une solution tubulaire plus facile à manipuler et mieux adaptée au paysage urbain. SecuriQam a mis l’accent dès le début sur la création d’une solution intelligente et simple d’emploi, dotée d’une intelligence intégrée permettant l’analyse vidéo, l’accès à distance et les notifications en temps réel.

De Securipoint à Telenet Business

Le développement de SecuriQam a donc commencé chez Securipoint, une filiale de TeleLinq dirigée à l’époque par Peter Roelens. En 2015, Securipoint a fusionné avec ses quatre sociétés-sœurs pour devenir Nextel, un intégrateur ICT dont les bureaux étaient situés à Wommelgem et à Zaventem. Le portefeuille de Nextel s’est avéré être un complément intéressant à celui que proposait déjà Telenet Business. Telenet Group a donc racheté l’entreprise en octobre 2017. Cette acquisition a non seulement permis à Telenet Business d’élargir son portefeuille ICT, mais également d’ouvrir de nouvelles portes pour sa solution SecuriQam qui pouvait désormais bénéficier d’un réseau mobile.

Élargir les horizons

Le grand potentiel d’avenir de SecuriQam réside dans le fait que ce système intelligent et simple d’utilisation a été conçu dès le départ comme tel. Le concept pourrait à l’avenir devenir un hub intelligent capable de bien plus que l’analyse et l’envoi d’images de vidéosurveillance. La connectivité joue donc ici un rôle majeur en raison de la quantité de données qui entre en jeu. SecuriQam Connect cherche à repousser les limites de ce qui est actuellement possible : des volumes de données mensuels très importants ou de hauts débits, par exemple. « Lorsque nous avons eu besoin de plus d’espace de stockage, nous avons demandé en interne quelques térabytes de stockage. La personne à qui nous avons posé la question a cru que nous nous étions trompés, qu’il s’agissait en réalité de gigabytes. Mais il s’agissait bien de térabytes, ce qui prouve que nous jouions la carte de l’innovation avec SecuriQam Connect », se souvient Raf Schrijvers.

 

Parmi les applications auxquelles SecuriQam convient parfaitement, épinglons notamment la lutte contre les dépôts clandestins, la petite délinquance et le vandalisme ou la protection temporaire ou continue d’une zone, à l’occasion de la visite d’un chef d’État ou d’un concert, par exemple. Raf Schrijvers ajoute : « Le nombre d’applications va encore augmenter considérablement grâce au machine learning, à l’intelligence artificielle et à la 5G. Leurs répercussions positives sur la société n’en seront que plus importantes ! »